Devant des jeunes lycéens, à Bonn, le premier ministre a loué la méthode du débat pour faire émerger des «projets en commun». Il a également défendu les capacités de réforme de la France.