Si l’ex-ministre peut compter sur le soutien des candidats de la liste LREM aux élections européennes, hors micro, beaucoup de macronistes regrettent une «communication catastrophique».