Considérant qu’il n’existe «aucune réponse simple ou univoque» sur ce type de cas, le président a décidé de s’en remettre à «l’appréciation des médecins» pour juger la situation de ce patient tétraplégique en état de conscience minimale depuis 2008.